Notre ferme

Nous sommes installés depuis 2016 dans les Baronnies Provençales. Nous cultivons deux jardins aux abords du village médiéval de Rosans et nous faisons de la cueillette sauvage en montagne.

serre-9491

Agroécologie et petite surface

Nous cultivons deux jardins représentant 4000m2 aux abords du village qui avaient été délaissés depuis plusieurs années. Nous avons pensé nos jardins en nous inspirant de plusieurs courants agroécologiques : agroforesterie, permaculture et biodynamie. Nous avons aussi à coeur de faire vivre un modèle paysan basé sur l’autonomie et la coopération des fermes.

Les jardins sont arborés avec des haies fruitières. Nous avons intercalés nos planches de cultures annuelles avec des arbres fruitiers, des petits fruits et des plantes vivaces afin de favoriser les interrelations entre les végétaux et les insectes.

Nous avons aussi pensé à la microfaune du sol avec un travail du sol minimum avec une grelinette et un motoculteur une seule fois par an. Nous dynamisons la vie du sol en y apportant du basalte. Nous cultivons par enchainement de culture tout au long de l’année. En hiver, nous préférons laisser les déchets de cultures se décomposés ou laisser le sol nu afin de profiter de l’action bénéfique du gel-dégel sur notre sol argileux.
Nos apports de fumier proviennent d’une ferme bio de bovins à Saint-André-de-Rosans et de granules de fumier d’ovins bio.
Nous paillons toutes les cultures notamment dans un soucis de préservation de la ressource en eau. En paillant, nous gardons humide le sol ce qui est très profitable sous notre climat sec et chaud de Haute-Provence. Nous utilisons de la paille de lavande, déchet de la distillation pour les huiles essentielles que nous valorisons et du vieux foin.

maraichage-0634

Autonomie paysanne

En plus de notre activité d’épices et de condiments, nous produisons des plants au printemps pour les jardiniers. Cette activité nous permet d’être autonomes avec les semis et la multiplication des plantes. Les plantes dans nos jardins sont issues de nos semis, de boutures sauvages ou récupérées dans les jardins de notre entourage. Nous sommes également engagés dans une démarche de multiplication de semences. Nous gardons un certain nombre de semences pour notre usage. Cela nous permet de sélectionner les plantes qui s’adaptent le mieux à notre climat et à faire vivre des variétés populations. Nous travaillons en collaboration avec Graines des Montagne, une association de semenciers paysans des Hautes-Alpes.

Nous avons aussi un grand potager au sein de nos cultures. En plus d’apporter une diversité d’espèces à notre système agronomique, ce potager se veut vivrier. Nous tendons à être autonomes en légumes tout au long de l’année.

maraichage-bio-2785